18 avril 2010

L'avion solaire de Bertrand Piccard

 

Qui se souvient d’Auguste Piccard qui explora la stratosphère et les fonds des mers avec son fameux “bathyscaphe”?
Son petit fils Bertrand Piccard a de qui tenir. Il a déjà fait le tour du monde en ballon.
Il y a peu, le 8 du mois d’avril 2010 à Payerne, il a fait l’essai de son avion solaire au dessus du lac de Neuchâtel en Suisse, l’avion a grimpé à 1000 mètres d’altitude rien que par la force du soleil. Il en est encore aux essais mais il compte faire le tour du monde en volant nuit et jour d’ici 2012. 
Les ailes de l’avion sont équipées de 12000 cellules photovoltaïques. L’avion a l’envergure d’un airbus A 340, il pèse 1.600 kilos, il a 4 moteurs électriques de 10 chevaux, il est équipé de batteries au lithium polymères de 400 kgs.....  vous savez presque tout.
Si vous avez le livre “Mon Petit Royaume” vous lirez en page 308 qu’un avion solaire a traversé la manche le 7 juillet 81. C’était Paul MacReady qui l’avait construit, c’est ce même inventeur américain qui a construit l’avion à pédales (page 364 de “Mon Petit Royaume”) qui, lui, a traversé la manche le 12 juin 1979.  
On constate donc que “des technologies avancées sont enfin mises en oeuvre pour capter l’énergie inépuisable de l’univers”.  
Quel calme dans le ciel de ce dimanche 18 avril 2010, il n’y a plus un seul avion dans le ciel grâce ou à cause d’un volcan d’Islande au nom imprononçable qui s’est mis en colère... il fait calme comme j’imagine que c’était au temps d’Adam et d’Eve. 
Il faut en profiter car dès que le volcan aura le dos tourné, le vacarme va recommencer et les bébés ne pourront plus faire la sieste dehors.  
Belle fin de soirée, ô lecteurs assidus de la gazette sporadique du Julosland.

C’était Julos le rédacteur en chef de ce journal qui était aux manettes, aidé par Véro qui veille à l’expédition rapide de ces quelques lignes. 
Vive l’Avion solaire et bravo et longue vie à Bertrand Piccard et à mon ami Luc Trullemans son météorologiste préféré et qui, soit dit en passant, est belge et a dernièrement aidé Jean-Louis Etienne à traverser le pôle nord avec son ballon, il était parti le 5 avril 2010. 
2010 est l’année des records qui, espérons le, vont ouvrir la comprenette du monde.    

Julos Beaucarne

Un jour serein et pur comme le poème de Verlaine dont me parlait tout à l’heure Kira Rahir "Le ciel est par-dessus les toits si bleu si calme".......



Solar impulse. 2jpg


 

18:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

26 janvier 2010

Christophe Beaucarne

 

Christophe Beaucarne, directeur de la photographie en cinéma, est nominé pour les César 2010 pour son travail dans « Coco avant Chanel » le film d’Anne Fontaine.

Voici un article où il répond aux questions d’un journaliste du journal « Vers l’avenir » en Belgique.

 

Christophe Beaucarne, faiseur de lumière.

Portrait d'un passionné de l'image, rencontré en 2004, dans un café de Montmartre. On lui doit la photo sur « Peindre ou faire l'amour » et sur « Le Parfum de la dame en noir ».

C'est un matin de 14 juillet à Paris. Sous les drapeaux tricolores, déjà quelques notes d'accordéon percent le brouhaha des moteurs. La rumeur de la ville n'atteint pas le quartier des Beaucarne. C'est comme si elle butait sur les flancs de Montmartre. Beaucarne? Le nom sonne comme une chanson au coeur des Wallons.

Mais ce n'est pas Julos le poète qui vit ici, dans ce grand loft ensoleillé. C'est son fils Christophe, la quarantaine, son épouse et leurs deux enfants. « Nous ne sommes ici que depuis un an : avant nous étions en banlieue », lâche ce fort gaillard comme pour s'excuser d'habiter l'un des plus beaux endroits de la capitale.

Lui aussi est poète. C'est la lumière qu'il fait chanter. Au cinéma, il est directeur photo. Il est celui qui, avec l'éclairage, crée l'atmosphère du film. « Moi, après mes études secondaires, je voulais faire du cinéma, sans vraiment savoir quoi ». Dans la maison familiale de Tourinnes-la-Grosse, près de Wavre, Christophe et son petit frère Boris ont baigné dans un univers artistique. Sans être vraiment cinéphile, leur père leur a fait partager quelques coups de coeur : « des films de la Nouvelle vague, quelques vieux films ». « Nous avons toujours eu des caméras à la maison », se souvient Christophe.

"Je fuyais cette ville"

Un ami lui conseille de s'inscrire à l'Institut national supérieur des Arts du Spectacle (INSAS) à Bruxelles. « J'y ai tout appris », confie-t-il. « Il se cherchait : du sport à la nature, ses centres d'intérêts étaient multiples mais c'est ce qui fait de lui un cinéaste équilibré », se rappelle son professeur d'alors et ami d'aujourd'hui, le réalisateur Jaco Van Dormael.

En 1990, diplôme en poche, le jeune cinéaste file chercher du travail à Paris. « Il ne se tourne pas beaucoup de longs-métrages en Belgique. Et puis, je me sentais marginal à Bruxelles. Quand je sortais après une nuit de travail, je trouvais des rues désertes car tout le monde était au boulot. Je n'ai pas su résister à cette pression du petit bourgeois. A Montmartre, je ne culpabilise plus d'aller au cinéma en plein jour ou même de ne rien faire. Ici tout le monde fait comme ça. » Parisien alors ? « Avant notre arrivée sur la butte, je fuyais cette ville. Je suis un campagnard ». Dès qu'il le peut, il part toujours se mettre au vert en Ardenne ou à Tourinnes. Ou plus loin encore, comme cet été qu'il va passer à pêcher en Suède, puis en Patagonie.

"Je ne suis pas brutal, je suis concret"

De stagiaire, le voici vite deuxième assistant puis premier. Dans les cinq années qui suivent sa sortie d'école, il fait une vingtaine de films. « Un parcours classique », selon lui, mais qui lui permet de travailler aux côtés d'Yves Robert ou de Claude Lelouch. Un jour en 1995, sur le tournage des Anges gardiens, une dispute éclate entre le réalisateur Jean-Marie Poiré et le directeur photo. « J'ai dû remplacer mon patron avec toutes les tensions que cela suppose ». Il fait face. « Sa grande qualité, c'est sa force morale, c'est un roc inébranlable», témoigne son ami depuis l'INSAS, le réalisateur Benoît Mariage. Il rempile pour la comédie Les Visiteurs 2 puis décide de se cantonner à des films plus intimistes pour exprimer son talent.

En 1998, il tourne La Dilettante de Pascal Thomas. L'année suivante, La Vie moderne de Laurence Ferreira Barbosa avec Isabelle Huppert. Il y aura encore le très réussi Stade de Wimbledon de Mathieu Amalric en 2001 ou, deux ans plus tard, Chemins de traverse de Manuel Poirier. «Il y a moins de moyens, ça oblige à être plus subtil », explique-t-il. « Avec trois-quatre projecteurs, des astuces, il parvient à faire des lumières superbes », explique le réalisateur Bruno Podalydès avec qui il vient de transposer à l'écran une aventure de Rouletabille. Les contrats pleuvent. Fin août 2004, Beaucarne enchaîne sur le tournage de « Peindre ou faire l'amour » avec Daniel Auteuil, Sabine Azéma et Sergi Lopez.

Et il a sa petite idée sur les raisons de son succès. « Je ne tergiverse pas, c'est un petit côté belge que les réalisateurs apprécient, ironise-t-il gentiment. Je ne suis pas brutal, je suis concret, alors que les Français ont tendance à s'écouter parler. Autre atout, tout en étant à l'aise dans la culture française - ne serait-ce que par cette langue que mon père m'a fait aimer - , j'apporte aussi un autre bagage culturel : celui du Wallon. Quand je rentre à Tourinnes, c'est un sentiment d'appartenance plus fort encore, celui d'être chez moi ».

« Je suis très fier de mon père »

Après le Mystère de la chambre jaune en 2002, Bruno Podalydès a permis une nouvelle fois durant l'été 2004 à Julos et Christophe Beaucarne de se retrouver sur un tournage, celui d'une autre adaptation de Gaston Leroux : Le Parfum de la dame en noir. « Jusqu'alors, c'était le fils qui assistait aux récitals de son père. Là c'est Julos qui pénétre dans le monde de Christophe », explique le réalisateur. « C'est très stressant de savoir mon père entouré de comédiens aguerris. Les gouttes de sueurs me coulaient sur les tempes quand il ratait une prise. Je lui faisais des grands signes pour le guider », explique Christophe Beaucarne. « En Belgique, mon père est établi comme poète. Faire du cinéma en France, ça le remet au pied du mur. Je suis très fier », conclut le fils, prêt à remettre cela une troisième fois.

 

Article paru dans « Vers l'Avenir » en juillet 2004

 

dyn005_original_640_446_pjpeg_2582928_22ab42923dc2daade24b7eb7ac8d1ba1

Christophe, Anne Fontaine réalisatrice du film "Coco avant Chanel", Boris, Julos et Benoit Poelvoorde.

Les films auxquels a participé Christophe (source Wikipedia):

1990 La Gloire de mon père d'Yves Robert

1993 Le Condamné (court-métrage) de Xavier Giannoli

1994 Terre Sainte (court-métrage) de Xavier Giannoli

1994 Bonjour (court-métrage) de Guillaume Malandrin

1995 J'aime beaucoup ce que vous faites (court-métrage) de Xavier Giannoli

1995 Arthur (court-métrage) de Félicie Dutertre et François Rabes

1995 Les Anges gardiens de Jean-Marie Poiré

1997 Nous sommes tous encore ici d'Anne-Marie Miéville

1998 L'Interview (court-métrage) de Xavier Giannoli

1998 Riches, belles, etc. de Bunny Godillot

1998 Les Couloirs du temps: Les visiteurs 2 de Jean-Marie Poiré

1999 La Guerre dans le Haut Pays de Francis Reusser

1999 Tout baigne ! d'Eric Civanyan

1999 La Dilettante de Pascal Thomas

2000 La Vie moderne de Laurence Ferreira Barbosa

2000 Après la réconciliation d'Anne-Marie Miéville

2001 Mercredi, folle journée ! de Pascal Thomas

2001 De l'amour de Jean-François Richet

2001 Le Stade de Wimbledon de Mathieu Amalric

2002 Les Femmes... ou les enfants d'abord... de Manuel Poirier

2002 Le Nouveau Jean-Claude de Didier Tronchet

2003 Un homme, un vrai d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu

2003 Le Mystère de la chambre jaune de Bruno Podalydès

2004 Chemins de traverse de Manuel Poirier

2005 Bye Bye Blackbird de Robinson Savary

2005 Peindre ou faire l'amour d'Arnaud et Jean-Marie Larrieu

2005 Le Parfum de la dame en noir de Bruno Podalydès

2006 Quelques jours en septembre de Santiago Amigorena

2007 La Vie intérieure de Martin Frost de Paul Auster

2007 Irina Palm de Sam Garbarski

2008 Paris de Cédric Klapisch

2009 Coco avant Chanel d'Anne Fontaine

2009 Mr. Nobody de Jaco van Dormael

2010 Tournée de Mathieu Amalric

2010 Hors-la-loi de Rachid Bouchareb

 

14:28 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

17 juillet 2009

Mon Petit Royaume - 09 09 09

 

IMG_8611_DosDeCouverture

Julos derrière 40 ans de carrière

 

Comme vous le savez, en ce moment à TLG, nous sommes en plein empilement de l'œuvre complète pour cause de publication terriblement imminente. Il nous manque deux pochettes (damned) pour compléter l'illustration des disques. Nous lançons donc un SOS sur le blog : Si vous possédez ces 45 tours: Le sort d'ici-bas -1965 et Je ne songeais pas à Rose -1969, pourriez-vous les scanner (en haute résolution, format jpg) et les envoyer à Laurence Latour : laurence.latour@skynet.be - MERCI !

Nous profitons de ce communiqué colomblogophile pour vous annoncer également que LE PETIT ROYAUME SERA ILLUSTRE avec des images d'archives connues et inédites, des étiquettes, des affiches, des astronefs, des 9 partout et des vélos volants est-ouest... Bref : la totale !

 

Si vous avez l'envie de vous procurer le livre
et de rencontrer Julos, rendez-vous le 09 09 09
aux pagodes de Wahenge.

 

JulosBeaucarne_MonPetitRoyaume_Programme

INFOS ET RESERVATIONS

Claude DUCHATEAU

+ 32 (0)10 41 73 74
clduchateau@swing.be


Couverture_Blog


PROGRAMME DU 09 09 09

pour télécharger le programme
cliquez sur la photo

 

16:43 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

28 mai 2009

Lettre aux cosmonautes

 

A l'occasion du départ dans l'espace de Frank de Winne cosmonaute belge parti ce 27 mai pour la station spatiale internationale à 12H 37 du pas de tir de Baikonour au Kazakhstan.

 

Lettre aux cosmonautes

 

 

Au départ de vos cosmodromes

Quand le décompte arrive à un

Zéro la machine gronde

Dans la flèche accrochez-vous bien

Propulsés dans tous les espaces

Pincement au coeur le retour

Mais les univers d’en face

Vous attendent au bout des détours.

 

Voyageurs hors la boule ronde

Cosmonautes en vos astronefs

De là haut vous voyez le monde

Les monts les rivières les reliefs

Apercevez-vous l’homme la femme

L’enfant le berceau le cheval

Parfois rencontrez-vous une âme

Errante en point de l’astral.

 

O vous les ambassadeurs d’étoiles

Près de Mars de Cassiopée

Quand les galaxies se déploient

Avez-vous un frisson sacré

Quand la voix de la bien-aimée

De Baïkonour douce vous parvient

Dans le rétroviseur des années

Que pensez-vous du genre humain?

 

Parmi vous il en est qui se perdent

Quand le module ne sait plus bien

Vers quel nord il faut que l’on erre

Les boussoles là ne servent à rien

Vos veuves jettent des gerbes

Dans l’air aux jours de Toussaint

Parfois elles croient vous reconnaître

Dans les astres qui clignotent au loin.

 

Si vous revenez sur la terre

Vous avez changé de peau

Escarmouches, bombes et guerre

Vous semblent coups d’épée dans l’eau

Etonnés de nous voir si vite

Nous jeter dans des bras de mort

Vous rêvez d’un retour sur orbite

Au zénith là-haut dehors.   

 

 

disque "L'ère vidéo-chrétienne"

toujours disponible aux éditions

Louise Hélène France

tel 00 33 10 41 73 74

10:02 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

11 mai 2009

J'étais fragile

 

Newa j'étais fragile

 

La chanson "J'étais fragile" traduite en Japonais par Newa de Tokyo

  

DSC_1318_newa

 

Newa et Kaouru sont attendues le 9 du 9 du 9 à Wahenge

 

18:11 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

10 mai 2009

Petites fermes campagnardes

Bonjour! Saviez-vous que tout indique qu’il y aurait des liens entre l’apparition de la grippe porcine et les fermes industrielles? Les organisations sanitaires internationales sont de plus en plus persuadées que ces méga-porcheries constituent depuis plusieurs années un terreau fertile pour plusieurs maladies.

Je viens tout juste de signer une pétition demandant à l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et à l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (en anglais FAO) d’enquêter et d'imposer des réglementations face à ces menaces à notre santé pour les élever à un niveau sanitaire acceptable.

Si nous recueillons 200 000 signatures, la pétition sera remise aux autorités à Genève avec une horde de petits cochons en carton.

Signez la pétition ci-dessous et passez le mot à vos amis. Un petit cochon sera ajouté par tranche de 1000 signatures!

http://www.avaaz.org/fr/swine_flu_pandemic/96.php?CLICK_TF_TRACK

 

 

 

Petites fermes campagnardes avec vos gros lapins et vos gros cochons, nourris de l'herbe des prés, petites poules, poulettes pondant à votre gré, vous êtes presque passées dans la légende.

Les cochons aujourd'hui sont enfermés les uns sur les autres dans des buildings clapiers de campagne, ils reçoivent des aliments prémâchés, soigneusement préparés par les chimistes de service et on a mis les poules et les poulettes au travail à la chaîne, elles pondent comme des mitrailleuses.

Rien de ce qui fait l'aliénation humaine ne sera épargné aux animaux de basse-cour.

 

Julos Beaucarne

CD « Front de libération des arbres fruitiers » 1974

21:51 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

30 avril 2009

Exposition Noémie

 

invitation-Johanna_Aquaascope

10:04 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

26 février 2009

LES BELGES DU BOUT DU MONDE : DIMANCHE 15 MARS 2009

 

L’INDONESIE: Bali l'humaine Balise.

  

Adrien Joveneau nous embarque pour une émission très exotique puisque nous ferons arrêt en Indonésie et plus particulièrement à Bali. 

Voilà 16 ans que Renaud Van Deun s’est installé en Indonésie. De la vente de meubles en bois recyclé, il est passé au projet de construction d’un complexe écologique où toutes les maisons seront à émission et impact zéro. Aventurier dans l’âme, il part chaque année à la découverte de tribus primitives. 

En studio, Julos Beaucarne nous racontera son voyage à Bali et nous dira pourquoi il en est tombé amoureux.

Autre invité: Jean Englebert, illustre professeur émérite de l’ULG, il a construit une école en Indonésie.

   

P1000505


22:58 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

16 février 2009

Raoul Duguay

La libération de l'homme et de la femme se fera le jour où tous les hommes et toutes les femmes marcheront le front dans le front comme une armée de roses qui embaume l'espace un jour, tout de suite, icitte.Je ne marche plus sur les épines de la violence et  je passe à travers les bancs de neige et la poudrerie de bombes et de balles pour aller construire ma maison dans l'Amour, car l'Amour est la totale totalité totalisant totalement le tout tout le temps.

Raoul Duguay


RDuguay

 

Raoul Duguay a eu 70 ans ce 13 février 2009.

http://chanteur.raoulduguay.net

17:18 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

10 décembre 2008

Disparition au Québec

 

Hélène Pedneault a pris la route de l’autre monde ce 1er décembre 2008. 

« Cette enfant avait l’énergie de la Manic et le dos large comme un pays à faire, elle le porta en criant « eau secours », en écrivant des livres chauds comme des volcans et tranquilles comme des lacs » dit d’elle Denise Boucher.

 

pedneault_he[1].1

14:02 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

19 novembre 2008

Sur les traces de Marco Polo

Le voyageur est coiffé de lune et habillé d'étoiles.

Kerala Photo chez Edith

 

Un stage d'écriture au fil de l'eau en Inde du Sud au Kérala pour être précis est-ce que ça vous chante?

Vivre à bord d'une chaloupe, naviguer, chalouper, oser la différence de transport, la différence de mentalité, redevenir des aventuriers textuels, des peintres improvisés, des dessinateurs avisés, des photographes, dites est-ce que ça vous tente de rencontrer d'autres langages, d'autres visages, d'écouter d'autres musiques, est-ce que ça vous tente d'écrire ce qui vous passe par la tête: peindre, peut-être, dessiner, se laisser inspirer par les parfums, les odeurs, visiter des villes lointaines, rencontrer des civilisations anciennes et des femmes et des hommes d'aujourd'hui au Kérala en Inde du sud.  

Avez vous le goût du voyage, avez vous le goût d'écrire de vous décrire évoluant loin de votre quotidien, avez vous le goût de sortir du ronron et du cocon de vos jours,  avez vous le goût de suivre ce cher Marco Polo qui fit le déplacement, il y a longtemps quand l'Inde était déjà une grande civilisation, ça vous plairait-il de marcher sur les traces de ce grand voyageur, de rencontrer des sages dans des Ashrams, des Sadous à la recherche de la pierre philosophale, du vide parfait du Nirvana et des étoiles? 

Aimeriez vous marcher dans les pas de Marco Polo? Nous vivrons en chaloupe, nous chalouperons nous irons dans un centre ayurvédique, sur la terre ferme dans les collines et puis nous irons marcher sur l'eau, nous glisserons sur les eaux comme des cygnes.

La vie n'est-elle pas un long fleuve tranquille? La chaloupe n'est-elle pas une île flottante, chaque homme, chaque femme est une île au milieu de l'océan de 6 milliards et demi d'êtres humains. Nous irons à la rencontre de l'Inde du sud. Nous irons sur l'eau, nous irons promener, nous irons jouer dans l'île, nous partirons en voyage au bout de nous-mêmes, nous deviendrons les marins et les matelotes d'un fleuve sacré, les fleuves sont les artères de la terre, l'eau est le sang de la terre. Quand remonterons-nous aux sources de nos Ganges intérieurs? Quand remonterons-nous aux sources de nous-mêmes?

Ecrire, dessiner, photographier... oublier le passé, se souvenir de l'avenir, faire passer les paysages dans nos yeux, dans nos corps, devenir le fleuve, lui-même, devenir le flux, devenir l'Inde elle-même, devenir nous-mêmes: nous allons nous rencontrer au bout du fleuve ce chemin d'eau qui marche. Dans les vaisseaux de notre corps traverse le fleuve rouge de notre sang et nous sommes à 80 pour cent... tout juste quelques litres d'eau. Imagine le fleuve lui-même faisant son auto-éloge après tant de siècles de passage, coupant les terres en deux, donnant à boire aux arbres et aux plantes. Au fil de l'eau, nous allons devenir ce fleuve qui coule, nous allons avoir le loisir de le regarder dérouler le fil de son eau sans se lasser jamais, l'eau, l'eau toujours recommencée jusqu'à toujours, jusqu'à jamais. Du moins espérons-le. Se lâcher dans des dessins, des photos… n'est-ce pas la meilleure façon de connaître un pays.

Chacune, chacun fera son journal de bord nous serons tous et toutes les nouveaux Marco Polo. 

  

Le voyage se passe du 18 février au mardi 4 mars O9.

En voici le détail: 

Mardi soir 17 février ou mercredi matin 18 février :

Départ de Bruxelles.

 

Mercredi 18 février :

Arrivée à Bombay / Mumbai

Visite de Bombay.

 

Jeudi 19 février :

Vol intérieur Mumbai-Cochin

Cochin est la ville portugaise/hollandaise/britannique de la côte malabar.

Le soir : soirée de danse "katakhali".

 

Vendredi 20, samedi 21 et dimanche 22 février :

Séjour calme dans les collines de Munnar, entouré d'immenses plantations de thé.

 

Lundi 23, mardi 24, mercredi 25 février :

Séjour sur les bateaux-maisons pour une croisière d'Alleppey à Thottapilly à Alumkadavu.

 

Jeudi 26 février :

Visite à l'ashram de Ma Amritananda

 

Vendredi 27, samedi 28, dimanche 1 mars :

Séjour dans la meilleure station ayurvédique de la région.

 

Lundi 2 mars :

Vol intérieur de Trivandrum à Mumbai.

 

Mardi 3 mars :

Visite de Mumbai.

 

Mercredi 4 mars :

Départ dans la nuit pour arriver à Bruxelles le matin du 4 mars.

 

Si cette aventure vous sied, téléphonez à

Léonard Appel et Marie Milis

0032 (0)2 375 48 11

Qu'on se le dise.

A tout bientôt peut-être.

Julos

 

15:32 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

29 août 2008

Une merveilleuse tournée au Québec

  

Barbara, Patrick et moi, nous avons fait une merveilleuse tournée au Québec. C'était quand on fêtait les 400 ans de la ville de Québec. Nous avons présenté 2 spectacles: "Le jaseur Boréal" et "Chansons d'amour", toutes nos allées et venues étaient soigneusement préparées par mon ami Philippe Giroul, c'est lui le premier qui m'a fait venir au Québec au temps où il était professeur de gym à la "Polyvalente" de Nicolet. C'était dans les années 70 au siècle dernier..... Loulou était du voyage. Cette année, c'est Yolande Berteyac qui avait organisé mon anniversaire chez elle et chez son ami John-Peter à North Thatley. 72 ans, ça se fête. Raoul Duguay était présent, il a présentement une exposition de peinture à Montréal. Ce furent de chaudes retrouvailles, il y avait Yves Langlois qui a présenté récemment au Québec son dernier film: "Le dernier envol", un film émouvant et très fort, on en reparlera dans le prochain Flo, il y avait mes amis Michel et Geneviève Claes qui vivent depuis longtemps à Montréal (Ils avaient déjà organisé chez eux une soirée pour fêter notre retour au Québec. Chez eux il y avait mon amie depuis des lustres: Danielle Beaucage qui nous a Beaucoup soutenu pour cette tournée).
Chez Yolande il y avait Nadine Stasse et Pierre Javaux qui travaille à Radio Québec. Nadine et lui avaient jadis créé un restaurant wallon dans la région qui s'appelait "La petite gayole". Au "Petit Moulinsart" dans le vieux Montréal, nous avons retrouvé Léo Kalinda qui vient d'écrire le scénario d'un film où il est question du Rwanda, son pays d'origine, nous avons retrouvé aussi Annick Van Craenen qui nous a secondé et Daniel Lambert qui nous a rejoints très tôt à notre arrivée à Montréal et qui nous a conduits jusque Saint Jean-Port Joli, nous avons revu Riquet qui dirige l'établissement et son alliée Josée, le "Moulinsart" est une île belge dans le vieux Montréal. Sur l'île d'Orléans nous avons retrouvé Nathalie Leclerc, la fille de notre cher Félix et le public chaleureux de l'espace Félix Leclerc. A l'atelier "A l'écart" à Longueuil chez Bernard Daoust, Barbara et moi, nous avons chanté en souvenir de Lise l'épouse en allée de Bernard. Il y avait à cette soirée mon amie Elisabeth Gagnon et Margot Dor, la femme de mon ami Georges Dor disparu. J'ai retrouvé Gilles Vigneault à Radio Canada dans l'émission de Joël le Bigot pour fêter ses 80 ans et j'ai été invité souventes fois par mon amie Monique Giroux. Le disque: "Ils chantent Julos" sortira en novembre en France et au Québec. Nous avons retrouvé avec bonheur le "Petit Bonheur" de St Camille avec Renée et Mumu qui avec quelques autres personnes avaient monté une très belle exposition sur les sacoches et nous avons eu la visite de Bertrand Gosselin et de Anne-Marie Corbisier une belge immigrée dans ce merveilleux coin et ce fut bonheur de retouver Lysan au Crapo à St Jean de Matha, la ville de la force et tous nos amis avec et y compris celle qu'on appelle communément "L'outreméreuse". Bonheur aussi à l'Assomption de retrouver toute la famille de Frantz et le gros Pierre de la sucrerie de la montagne.

Un soir sur le chemin du retour de Québec où nous avait accueilli Pierre Cochaux, le savantissime expert en insectes et autres vers luisants nous sommes passés chez mon ami le poète Normand Génois à St Raymond, la nuit était faite et toute la prairie autour de sa maison était pleine de milliards de lucioles, nous marchions au milieu des étoiles, je n'ai jamais ressenti si fort le bonheur de vivre devant ces étincelles qui sautaient deci-delà, comme pour nous fêter, c'était le plus beau gâteau d'anniversaire que j'ai eu de ma vie. J'étais en pleine émerveillance. Barbara a attrapé une de ces lucioles mais en fait elles étaient deux, dos sur dos elles copulaient de plus belle, je me disais que la nature était forte et belle, c'était un feu d¹artifice perpétuel et naturel. Les lucioles émettent une lumière froide nous a expliqué Pierre Cochaux. Je me demandais quels effets ces lucioles faisant l'amour pouvaient avoir sur notre psychisme humain. Il me semblait que ce champ n'était qu'un gisement d'énergie... comme l'expression naturelle d'une joie sacrée, ce fut un grand moment de notre voyage.
 

Julos             

 

16:06 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)