13 août 2008

Afghanistan

 

afghanistan10

Tu te rappelles l'Afghanistan avec l'ancienne gloire déchiquetée de jadis, le toit éventré des palais, la condition de la femme en burqua, le grand père et son petit-fils sur un vélo flambant neuf.
Les Talibans se cachent mais ils sont là.  
                                                             Julos


08:58 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

17 juillet 2008

La Tâtonneuse

La tâtonneuse

Je vivais à la tâtonneuse
Dans les coulisses de l'exploit,
Mâchonnant une tubéreuse,
Pensant un peu beaucoup à toi,
Puis pas du tout, il faut le dire
Tout franchettement mon petit.
Les piranhas du souvenir
Ramenaient les effluves d'un lit
Faut-il partir pour le polaire
Horizon et rapporter
Le saxifrage du Spitzberg
Dans du papier glacé.
Moi qui ressemble à s'y méprendre
Aux tulipes noires des prés,
J'étais prêt à t'offrir Port-Vendres
Où je ne suis jamais allé.
Ton père disait: "Les mouches d'or
Se posent aussi sur le crottin" .
Les pistons de mon coeur sans port
Cognaient, j'avais comme un chagrin
Et ma petite voix d'insecte
Ne pouvait tien rien contre le bruit
Je mêlais ma complainte sourde
Aux cris du fleuve le samedi.
C'était l'époque du 6 brumaire,
Je collectionnais les galets,
Je déplaçais les bords de mer
Dans le sable de mes palais.
Et dans la fraîcheur de l'aube,
Aux frétillements des papillons,
J'ajoutais les vers d'un rhapsode
Aux myriapodes des klaxons.
Penché sur moi, le vieil Homère
Buvait tranquillement son thé.
Nous vivions à la p'tite semaine,
Virgile nous téléphonait.
Vous étiez toujours absente
Aux rendez-vous de nos lectures.
Vous dormiez dans une autre chambre
Près de la Baraque Fraiture
Sur une boîte de bonbons
Je vis votre photo soudaine.
Vous donniez à un garçon long
Votre main, la faridondaine,
Tandis qu'un clown au rire sanglant
Essayait de vous faire sourire.
Petite fille vous aviez vingt ans
Et vos dents étaient d'origine.
Parcourant les supermarchés
A la recherche du photographe
Je sus que vous aviez quitté
L'Europe aux anciens parapets.
Je me rendis au bord des mers
Et rêvai lentement sur le sable
A la fragilité du verre
Du cristal du Val-Saint-Lambert.
Si j'ai reçu depuis de vous
Quelques messages télépathiques,
C'est grâce sans doute aux satellites.
Et votre voix qui sur Telstar
Se cogne venant du bout du monde.
Piège pour mon coeur encore plus noir,
Un peu meurtri dans sa faconde,
Qui vous cherche toujours le soir.

Julos Beaucarne

Chanson qui se trouve dans le disque:
"Arrêt facultatif" 1972

P1060184

 

Dans l'atelier du sculpteur Milutin Mratinkovic
 France 55300 Saint Mihiel
 

17:32 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

24 mai 2008

Julos à la RTBF - Flash Back

Document sans nom

 

Julos sur les ondes de la RTBF ce 22 mai
dans l'émission Flash Back de Claude Delacroix et Jacques Baudoin


18:53 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

02 avril 2008

Peinture de la picteresse coréenne Ju

 

Images_ChezNousOnDortSurLeDos

 

Peinture de la picteresse coréenne Ju
avec un texte écrit par Julos

00:08 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

28 mars 2008

Julos diplômé pour sa promotion de la culture dialectale

 

Images_DiplômeFrameries

18:53 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

20 mars 2008

Ils chantent Julos

 

Pochette

 

LE DISQUE FLAMBANT NEUF VIENT DE NOUS ARRIVER

Si vous voulez le commander
il est disponible chez Claude et Etienne Duchateau

25 rue Joséphine Rauscent B-1300, Limal 
Tél: +32 (0)10.41.73.74 -
clduchateau@swing.be

CLIQUEZ ICI POUR ECOUTER DES EXTRAITS

19:30 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

30 janvier 2008

Fresque de Claude Rahir

 

 

 Images_FresqueClaudeRahirKourouFinale

Cette fresque peinte par Claude Rahir
à Kourou en Guyanne française existe-t-elle encore ?

 

 

Comète de Halley

Toi qui naquis bien avant le commencement du système solaire, que caches-tu obstinée derrière tes poussières stellaires ? Toi que le Giotto a fixée  sur sa fresque  en l'an 1305 au-dessus des rois mages. Nous des Europes qui t'avons vue passer tous les 76 ans, nous t'envoyons un messager pour porter au coeur de ton noyau un "buisson de questions" dont tu as la réponse à toi la plus ancienne, la plus sage, la plus fidèle des comètes que nous connaissons en ce terroir des galaxies. Donne-nous la clef pour ouvrir la porte de la douceur et de l'infinitude.

Julos


Document envoyé par Kira Rahir

10:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

29 janvier 2008

Peinture de Didier Lamonica

 
Images_PeintureDidierDelamonica

http://delamonica.free.fr/

 

Les amoureux s'enlacent sans se lasser aux 4 coins du monde et peut-être même - qui sait - aux 4 coins de l'éternité. L'éternité a-t-elle des coins? Non pas des coins pour se cogner mais des coins où l'on peut sans se lasser, s'enlacer et s'aimer sans se lasser jamais et si le bonheur, c'était d'embrasser l'air frais qui monte jusqu'à nos narines les matins d'hiver comme les matins d'été, cet air neuf et pur (pourvu qu'il le reste), cet air neuf et pur du matin qui donne le goût de danser dans la nature, le goût de s'aimer, de semer, de s'embrasser, de s'embraser comme un feu au zénith de la joie et de la félicité. Et pourquoi pas les matins d'hiver comme d'été, féliciter et remercier le soleil de ne pas se lasser d'envoyer des milliards de rayons qui sont comme des milliards de baisers qui volent et volètent tout chauds sur toutes les peaux, celle des femmes, des hommes, des animaux, d'envoyer des baisers tout chauds qui volètent sur les cheveux, sur les ailes de tous les insectes avec et y compris les libellules et les oiseaux, qui volètent sur les crinières des chevaux au galop, qui volètent sur l'eau de tous les ruisseaux et aussi sur ces immenses paquets d'eau que sont les océans qui clapotent et font vagues tout le temps, on ne sait pourquoi ni comment.

Julos 29 janvier 08

21:57 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (10)

25 janvier 2008

Sur les lacs gelés du Québec

 

Images_Kite

http://web.mac.com/rlandry/Festivolant

 

Tandis que l’on fait du kyte sur les lacs gelés du Québec, nous autres en nos Europes nous sommes en pleine humidité  et le mazout  coûte de plus en plus cher, il est temps de chercher un nouveau mode de chauffage.  Pour voyager le mieux, c’est la marche à pied excellente pour la santé et le vélo:  tu vas 5 fois plus vite que le piéton et tu vas 5 fois plus loin et tu dépenses 5 fois moins d’énergie.   Côté voiture  il y a de plus en plus d’hybrides  essence ou diesel/ électricité comme la Cactus de Citroën et  plus originale encore: la voiture à air comprimé de Monsieur Nègre. Nous reviendrons sur ces deux modèles dans le blog.

Julos   

18:12 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

Paquet de roches

 

Images_PaquetRochesMazy

Non loin du château dont nous avons parlé plus bas, de l'autre côté de la voie de chemin de fer et de la route, on peut voir un impressionnant paquet de roches vibrantes,  on  devine  des visages immenses sculptés par le temps, tout un peuple de têtes de géants assemblés que veillent les arbres minces et nus de l'hiver. Les feuillages de lierre persistant leur font des tignasses vertes. C'est la nature et l'eau qui ont sculpté ces merveilles.

Julos 

14:22 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

Le pays des maziciens


 

Images_ChateauMazy

 

Château au-dessus d'un piton rocheux près de Mazy, le pays des maziciens comme disait mon fils Christophe quand il était petit. Je ne sais pas qui habite cette demeure juchée tout en haut, "à l'coupette" comme on dit en wallon. Dort-on tranquille à cette hauteur, ne craint-on pas de dégringoler une nuit sur les rails de chemin de fer qui s'étire en contrebas. Qui sont les êtres et les êtresses aux grandes tresses tressées qui ont le goût vertigineux de vivre là. Chez nous dans les campagnes, comme chez vous sans doute, habitants des Frances mystérieuses, le mystère est à chaque détour du chemin. Qui peut nous dire comment s'appelle ce château, quel est le nom du lieu-dit. Que dis-tu, que dit-on, que dit-elle donc, que se dit-il sur ce château au zenith ?

Julos 25 janvier 08

14:01 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

Papier orange

 

Images_PapierOrange

12:08 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)