13 février 2015

La neige

La neige  ...  invitée surprise à Tourinnes-la-Grosse

Janvier 2015 025.JPG

Janvier 2015 061-001.JPG

Janvier 2015 074.JPG

19:40 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)

11 septembre 2012

Photo de Jean-Luc Pierret

 

coucher de soleil Jean Luc Pierret.JPG

Coucher de soleil sur Sorinnes (Dinant)

 

14:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

28 janvier 2012

Nouvelles de l'Ile de Pâques

Nouvelles de l’Ile de Pâques où je fus jadis avec Kamouraska.

On a fait des fouilles depuis et voilà qu’on découvre que les statues de l’île de Pâques sont bien plus grandes que l’on ne pensait.

Quand retournerons-nous en cette île étrange au milieu des mers?

ile de paques.jpg



12:55 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

23 décembre 2011

Lorsque nous étions réunis à table

 

Lorsque nous étions réunis à table et que la soupière fumait

maman disait parfois:

"Cessez un instant de boire et de parler."

Nous obéissions

"Regardez-vous", disait-elle doucement

Nous nous regardions sans comprendre, amusés

"C'est pour vous faire penser au bonheur" ajoutait-elle.

Nous n'avions plus envie de rire.

"Une maison chaude, du pain sur la nappe

des coudes qui se touchent,

voilà le bonheur" répétait-elle à table.

Puis le repas reprenait tranquillement.

Nous pensions au bonheur qui sortait

des plats fumants et qui nous attendait

dehors au soleil et nous étions heureux.

Papa tournait la tête comme nous,

pour voir le bonheur jusque dans le fond du corridor,

en riant parce qu'il se sentait visé, il disait à ma mère:

"Pourquoi est-ce que tu nous y fais penser à c' bonheur ?" 

Elle répondait

"Pour qu'il reste avec nous le plus longtemps possible".

 

Félix Leclerc

Extrait de « Pieds nus dans l’aube »

 

anniv à Hargnies.JPG

Julos à l'anniversaire de André Vincent, maire de Hargnies, entouré de sa famille, le 23 octobre 2011

22:50 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (19)

17 novembre 2011

Expo photo

Espace Vital

Exposition de Betty Leprince-Ringuet

Galerie Vertigo Art

 271 rue Haute 1000 Bruxelles,  32 395 28 29 04

Jusqu’au 18 Décembre 2011

Ouvert   jeudi de 14 à 18h, samedi de 10 à 18h,

 dimanche de 10 à17h

 

feuille.jpg

«  Pour moi, la photographie, c’est l’émerveillement

du premier regard, de la première fois. C’est la fragilité,

 la beauté et la structure de la nature qui m’inspirent en permanence » 

 

 

16:21 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)

23 mai 2010

Ils parlent d'eux-mêmes

 

P1010345

20:01 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (5)

28 avril 2010

Le plat pays

 

100428 La Belgique a tendance à ce disloquer

 

dessin de Burki

 



 

22:54 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

12 janvier 2010

Beta

 

le chien de Frank calndrier 2010

 

Ceci est la première page du calendrier annuel

avec les photos de Frank Bruynbroek.

Le chien que vous voyez s'appelle Beta.

Voici le numéro de téléphone où vous pouvez

commander ce calendrier: 001 818-755-7933.

 

 

18:53 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

31 décembre 2009

Que reste-t-il de la mélodie après que la voix s'est tue ?

 

Que reste-t-il de la mélodie
Après que la voix s'est tue ?
Et de l'enfance quand les poils ont poussé au menton ?
Et de l'année, quand la main distraite
A froissé la dernière feuille du calendrier ?

Benjamin Fondane



mail-3


Photo Marie Vanderveken

 

 


 

23:46 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (2)

27 décembre 2009

2010

 

Laponie

 

 

Belle traversée de l'an 10

à toutes et à tous

à bord du vaisseau spatial terre  

 

Julos


 

22:56 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (15)

17 octobre 2009

lettre d'Amazonie de Anne Sibran

 

Mon amie Anne Sibran qui écrit si tant bellement a quitté Paris pour se rendre en Amazonie et respirer un autre air que celui des Europes, je lui ai demandé permission de vous partager la lettre qu’elle m’a fait parvenir.


Mon cher Julos,


C'est une de ces lettres que je marmonne depuis des mois, que je te promets dans le fond de mon coeur, que j'ai envie de t'envoyer. Et puis elle se gonfle, elle s'enfle et là, je n'y tiens plus. Je dois te raconter. J'y suis encore, tu sais là bas, tout loin: en Equateur. J'y suis encore avec Didier, Antoine car on s'y plait. Il faut dire qu'on a fait des rencontres comme des graines à germer et qui lèvent, et qui lèvent. Alors faut bien qu'on voie pousser...
Il y a les amis de Quito, d'Ayacucho, de Lima. Mais il y a cette famille surtout entrée dans ma vie comme un grand courant d'air: et tout s'envole, et j'ai envie encore et encore d'habiter avec eux. Et l'impression de les connaître depuis toujours et de naître en même temps à quelque chose d'inédit, de totalement nouveau. Ils vivent dans la selva, un endroit de l'Amazonie Equatorienne où sont les dernières forêts primaires, où coule le fleuve Bobonaza.
Je les ai rencontrés de la façon la plus magique qui soit, une série de hasards de coïncidences qui nous couvre de poussière d'or et d'une immense gratitude. Je sais aussi que j'ai appris le quechua trois ans à l'université pour parler un jour avec eux. Dix jours par mois, je boucle mon sac, je prends le bus, fais six heures de pirogue pour aller habiter chez Don Sabino et Dona Corina dans la communauté de Sarayacu... Là, je redeviens une petite fille, j'apprends à marcher dans la forêt, à trier dans tous ces verts, dans toutes ces sèves, à tracer un chemin pour mes yeux. Je ne savais que les arbres de mes forêts d'Europe, et saluer une rivière aussi, comment s'y couler à plat ventre dans le sens du courant, cela je l'apprends aussi. Et les gestes et les mots, et l'épuisement du milieu du jour, et ces oiseaux qu'on appelle par leurs cris (Pas-pan-diou ! Pas-pan-diou ! Bou-lou-cou-cou ! Bou-lou-cou-cou !) et ces tubercules, cuits dans la cendre, et ces poissons cuits dans la feuille, et ces fourmis, croquées comme des bonbons.
C'est de cela que je me remplis et que je voulais tant te parler... Mille projets avec eux, en plus d'un livre, un atelier d'écriture s'est mis en place. Ce sont les femmes qui me l'ont demandé. Elles m'ont dit "toi tu sais écrire, nous on n'a pas la confiance, mais on a des choses à dire, apprends nous la confiance..." Un atelier en espagnol et en quechua (ici on dit Kichwa) où on découvre la langue cachée derrière la langue, la parole qui redresse, et cette dignité de chacun à la tenir, à la porter.
Ces ateliers sont une expérience incroyable: c'est comme à se passer le feu, quelque chose qui nous anime, qui nous retourne par le dedans. Je pense souvent à ma chère Christiane, et je la sens là parfois, derrière mon épaule. L'autre jour, je leur ai fait dire à chacun leur Kasala, leur auto-louange... Pour ces hommes et ces femmes traumatisés par l'école et le racisme de la société Equatorienne c'était quelque chose d'immense, que de se dire dans une telle affirmation, avec un tel déploiement.
Voilà mon Julos, te raconter aussi le soir qui tombe, je suis assise sur le pont, les jambes dans le vide au-dessus du fleuve Bobonaza. Les enfants se baignent sur les berges dans les eaux brunes, couvertes de cette mousse blanche (on l'appelait avant Pusku yacu, le fleuve d'écume) et les eaux deviennent mauves soudain, comme les fleurs des arbres. Des perroquets passent en vols serrés, en criant. Chaque arbre dresse sa colonne, un tronc blanc, gris, parfaitement dessiné. La forêt, c'est pas un vert unique, un assemblage de feuillages, c'est des milliers d'arbres qui chuchotent chacun leur prénom, une trame de singularités. Une splendeur. Alors maintenant les chauve-souris et le clignotement des lucioles, qui font sourire les ombres, tandis que les crapeaux couvrent la voix des hommes et des enfants. Un peu de rouge encore et déjà tout s'éteint. Il n'y a plus que l'odeur de la vase, et les cris qui vont se succéder jusqu'à l'aube, chacun son tour, chacun sa voix. Je me lève, je rentre à la maison, où les feux sont allumés entre trois troncs, où l'on boit la chicha. Demain à l'aube on ira raconter nos rêves autour d'un bol de wayusa. Et toujours Don Sabino qui me demande quand je m'éveille : "Allin pakarinkichu ?" "Tu es bien née, ce matin?"
Alors voilà, un peu de tout cela, mon cher Julos... Un peu de cela à ton seuil, que je voulais tant partager.
Et aussi plein de bisous.


Anne

 

indiens dans le métro  il ya quelques jours

 

Indiens dans le métro de Paris il y a quelques jours.


15:00 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (7)

07 juillet 2009

Poèmifier

 

PagodesIl..

 

Les pagodes illuminées revues et corrigées par Laurence Latour.

Je voudrais réaliser une montre à douze pagodes, chaque heure serait une pagode.

Elle se rechargerait par les mouvements du poignet.

14:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (3)