06 février 2012

Petit frère l'Orage

 

PETIT FRERE L’ORAGE

Marieke AUCANTE

 

 LE LIVRE

Denis est né définitivement différent à cause d’un accouchement mal réalisé. Dans cette famille paysanne de Sologne, son arrivée a tout chamboulé du jour au lendemain. Le poids de l’hémiplégie, la foudre épileptique qui traverse sans cesse son cerveau, imposent à son entourage une vigilance de chaque instant. Et puis il y a le regard des autres, l’enfer des hôpitaux, le chaos des institutions. Un combat pour la vie, épuisant, souvent révoltant…

Marieke Aucante, sa sœur aînée, nous fait vivre de l’intérieur ce terrible compagnonnage, qui durera plus de cinquante ans. Mais elle nous fait partager aussi les moments de tendresse et de solidarité qui redonnent sens à l’existence, la lumière des relations authentiques, au vif de l’humanité la plus nue. Car au-delà de son handicap, Denis est un magicien, qui nous transporte vers une autre planète, qui nous allège de toute  fausse pudeur…et réussit parfois même à nous faire rire !

Lorsqu’au terme de ce récit bouleversant, écrit d’une plume juste et sans complaisance, Denis finit par s’en aller « de l’autre côté du temps », il est devenu notre petit frère. Un frère qui nous transmet sa pureté salvatrice.

En librairie le 2 février 2012

 

L’AUTEUR

Marieke Aucante, née en Sologne où elle vit toujours au cœur de la forêt, est journaliste depuis plusieurs années à l’émission de médiation de France Télévisions. Elle a reçu en 2008  les insignes de la légion d’honneur pour son action en faveur des personnes en situation de handicap. Marieke Aucante a écrit une douzaine d’essais et de romans, dont chez Albin Michel " Le Livre du braconnier".

mariekeaucante.canalblog.com

 

petit frère.jpg

 

22:26 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (0)

08 avril 2011

Préface du livre "Beauvechain" par Julos Beaucarne

 

Julien Deper marche dans ses trente ans, il vient de Charleroi.

Un jour, un matin peut-être, il a débarqué dans la féerie, dans la lumière particulière de chez nous  et depuis ce jour là, les villages le possèdent, l’obsèdent et le mettent en joie.

Armé de son capteur d’images, de son appareil de photo, de sa boite à déclics et de ses deux grands yeux bleus ouverts sur l’inconnu quotidien de ce petit monde, heureusement encore un tant soit peu rural , il répertorie l’air, le soleil, la terre et l’eau, les maisons, les animaux, les chemins, quelques rares habitants parfois de dos ... le mystère  ....

C’est un peintre, il court d’une saison à l’autre, il voudrait tout dire, tout transcrire, il est gourmand d’images, insatiable,  il a été ensorcelé par les villages de Tourinnes-la -Grosse, de Beauvechain, il s’est fait “enmacraler”  par les génies, par les esprits de la campagne aux alentours.

Passionné de photos, il fait un reportage très large, parfois il prend la même photo au printemps, en été, en hiver. Il veut dire tout sur notre pays, sur ses couleurs. Qui a peint ces champs infinis qui semblent ne jamais vouloir finir ?  Il voudrait ne rien oublier, c’est un “ravi”, il est en continuelle admiration comme un enfant découvrant que le monde est si grand, si étrange et si beau qu’il voudrait le mettre dans sa poche pour pouvoir le regarder, le contempler, le goûter quand il veut.

Un livre à lire l’hiver au coin du feu.

 

Julos Beaucarne le 3 avril 2011

Préface du livre « Beauvechain » de Julien Deper 

Pour tout contact  juliendeper@hotmail.com 

 

La centrale nucléaire de Fukushima  au Japon est sous haute surveillance et Tihange n’est pas loin. 

 

IMG_0871.JPG

 

11:07 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (1)

09 février 2009

Réédition du livre "Mon terroir, c'est les galaxies"

Parution Espace Nord février 2009

« Mon terroir c'est les galaxies » Julos Beaucarne

 

dyn004_original_255_393_pjpeg_2582928_6d76706adfdc388b9e14dce0702855e2
 

Ce matin là

Ouvrant la porte du monde 

Il vit tous les peuples rassemblés sur le perron 

Avec leur turban et leur chapeau 

Avec leur chèche et leur bandeau 

Et là-dessus planait la conscience universelle bleue 

Et sur des cheveux de femme brillait la lumière 

Et les enfants jetaient en l'air des fusées diffuses….

 

 

Dans la bouche de Julos, le mot terroir a des constellations qui ont pour noms fraternité et facétie. Et une sagesse au goût de pomme. Sous la plume de Beaucarne, les galaxies sont la banlieue de Tourinnes-la-Grosse, c'est-à-dire de nulle part ou de partout. On y plante des betteraves et des pagodes. Celles-là même, sortes de temples post-industriels dressés vers l'infini, que le poète a imaginé à partir de tourets de chantier.

Fils très spirituel de Léonard de Vinci et Lao-Tseu, cet authentique taoïste wallon a le « taquinoir aiguisé». Julos Beaucarne écrit comme il chante, la tendresse et la malice ourlent la profondeur de ses odes à l'amour du genre humain, du genre féminin et de Dame nature.

Malgré la violence et la bêtise sans cesse recommencée, il clame son allégeance à la vie et la force des énergies renouvelables que sont la beauté partageuse et le rire équitable. 

Julos Beaucarne est indémodable, lui qui n'a jamais été à la mode mais en avance. « Vélorutionnaire » avant la lettre, il pédale pour éclairer nos temps obscurs d'une lueur boréale. 

Ces poésies, aphorismes, rêveries, ces pages d'écriture d'écolier sans âge ont l'œil frais de la truite arc-en-ciel. Ces textes magnifiques sont un vrai cadeau. 

Sortie Belgique : 16 février 2009   France : 26 février 2009- Prix : 8 euros. 

Contact Presse : Sophie Creuz sophie.creuz@lucpire.be

0032 475 77 03 73

 

Éditions Luc Pire ı Le Grand Miroir

Quai aux Pierres de Taille 37-39 •

1000 Bruxelles - Tél : 00 32 2 210 89 50

www.lucpire.eu

 

Il y a du neuf par rapport aux précédentes éditions de "Mon terroir, c'est les galaxies" : une présentation du travail de Julos Beaucarne par Thierry Coljon, une préface du grammairien André Goosse, des photos et des illustrations inédites et un carnet iconographique en fin de livre.

Julos signera ce livre à la Foire du Livre de Bruxelles le jeudi 5 mars entre 17 et 18h.

14:00 Écrit par Julos Beaucarne | Lien permanent | Commentaires (4)